Présentation

Dialogues et espérances est une association dont l’objectif est la sensibilisation et l’accompagnement des femmes victimes de violences en Guinée Conakry.

IMG_2717

3 780 demandes d’asile déposées par des Guinéens en 2017.

96% de taux de prévalence d’excision en Guinée selon l’UNHCR.

De nombreuses femmes originaires de Guinée (Conakry) quittent leur pays et font une demande d’asile, pour fuir des violences à leur encontre.
Excision, mariage forcé et précoce, violences conjugales, exploitation par des proxénètes, servitude, ces violences sont diverses.

En 2017, la Guinée était le cinquième pays d’origine en nombre de demande d’asile, soit 3 780 demandes, un chiffre par ailleurs en progression.

Entretenue par certaines croyances et coutumes, la pratique de l’excision dont le taux de prévalence en Guinée est de plus de 95% selon l’UNHCR (Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés), l’un des plus élevés du monde, peut aller jusqu’à l’infibulation dans certains cas.

Dans les cas de violences conjugales les victimes sont perdues, ne savent pas vers qui se tourner pour en parler de demander de l’aide. Certaines femmes victimes de ces violences ne peuvent envisager de quitter le domicile conjugal à cause de la pression familiale et du poids de la tradition. Bien souvent, elles ne sont pas indépendantes financièrement. Ces violences poussent des femmes déjà vulnérables à se lancer sur le chemin de l’exil. Beaucoup d’entre elles ont connu le drame libyen.

Le Centre d’accueil de Conakry

Notre action consistera, outre des actions ponctuelles de sensibilisation, à créer un centre où les femmes pourront bénéficier d’une écoute et d’une orientation auprès d’une psychologue.

Projet de Centre d’accueil pour femmes victimes de violences en Guinée

Le centre proposera aussi un volet formation/réinsertion par exemple dans un salon de beauté. Diverses activités culturelles, sportives, de loisir ou de sociabilisation seront également proposées.

Pour réaliser ce projet, l’Association travaillera avec une ONG locale partenaire (Association Guinéenne pour la Promotion et le Protection des Femmes Défavorisées, AGPPFD).